hiver 2000

Musica Falsa # 13

détourner

Chi-Chin Chiu

 

Les pages à suivre sont confiées tel un espace de création à des artistes plasticiens, elles seront le lieu et le support d’une recherche spécifique au mode de la revue. Certes l’exercice n’est pas nouveau, il reste néanmoins résolument contemporain. Le but ici est avoué, chercher si ce n’est l’intrusion en tous cas sa place dans un monde de significations et de pensées inscrit à son tour dans son époque. Lié en tout bien tout honneur à la recherche de son temps, aux expériences évolutives de la pensée, aux réflexions fondamentales du genre humain, l’art est (le) révélateur ; les artistes les privilégiés aux regards exacerbés tournés irrémédiablement vers notre réalité.
Les pièces présentées sont uniques et crées pour Musica-Falsa. Les rencontres de ces artistes entre eux, comme une parenthèse dans l’exposition de leur travail est le sujet du mien. Aucune intention de faire se côtoyer des idées semblables sur des thèmes généraux ou des idéologies esthétisantes banalisées des revues spécialisées.
Gardons le prétexte du mot conceptualisant les actes de chacun et ...
Regardons simplement les “aujourd'hui” qui passent au travers des filtres de nos plaisirs, ceux que notre culture nous concède au prix de l’apprentissage, de la connaissance, servons-nous des indices sans a-priori, sans ambages, approprions-nous ces images puisqu’elles nous sont si généreusement données à conquérir, entrons en leurs stratégies.

Tous les quatre cherchent à modifier notre perception du réel. Nadia Boursin-Piraud propose un planning BCBG sur lequel la moindre parcelle de temps est dénaturée par le regard du “n'importe-qui-s’y-pose-et-contrôle” comme pour conjurer un espace pris au hasard de la vie et dénoncer quelques contre-valeurs sociales établies et perverties par une banalisation à tout crin. Chi-Chin Chiu entame nos idées préconçues sur la hiérarchie familiale, généalogique et/ou génétique, en imaginant un ADN (DNA) détourné de ses fonctions pour donner vie à de monstrueux petits clones de lapins à visages humains, lesquels se reproduisent à l’infini vers les mêmes êtres de peluche : plus de miroir dans le monde d’Alice et de David, reste une éternité malveillante, souriante, et misérable. Jean-Christophe Nourisson lui, nous renvoie vers des détours plus habituels, parce que plus physiques, mais tout aussi emprunts de cette inquiétante étrangeté. Ses choix directionnels aboutissent-ils sur des figures de langage ou nous engagent-ils sur des voies obsessionnelles ? Où en est-on de la qualité réelle de l’espace qui nous environne ? S’éparpiller, (s’)égarer vers l’ailleurs, objet de nouveauté, toujours à chercher, à reconstruire. Rainier Lericolais quant à lui utilise le support glacé de la page de magazine pour violenter, abîmer les figures modèles de notre époque et retrouver la peinture par la détérioration même de son sujet. Bad Boy il remet en question notre idée de pérennisation de l’Art dans le monde des images à consommer, fugaces et légères, hard and top : “plus brutal et pertinent pas facile”.

Devrons-nous nous laisser porter par ces malversations, ces dérivations pour comprendre l’altération générale de notre réalité ou n’est-ce qu’une manipulation de notre imaginaire ? Pouvons-nous seulement nous échapper de ces lieux si communs ?


Nadia Boursin-Piraud / née en 74 à Châtenay-Malabry, France
en 99, expose à La Pleïade, La Riche, en 2000, galerie Weiller, Paris, Et ainsi de suite... , ENBA Bourges

Chi-Chin Chiu / née en 71 à Taipei, Taïwan
nov. déc. 2000 expose Le Fruit défendu à Osaka, Japon

Jean-Christophe Nourisson / né en 62 à Angers, France
en 99 expose à Sarrebruck, Kiel, Marseille, Los Angeles ; Résidence Parc Saint-Léger, Pougues-les-Eaux, en 2000 résident de La Caserne à Pontoise / Publications : 1999, Kunsteverein Bonn & Stadt galerie Sarrebruck, textes A. Polhen, S. Coellier / 2000, Rotterdam, livre d’artiste, éd. AnonYme, Marseille, texte C. Massu

Rainier Lericolais / né en 70 à Châteauroux, France
en 99 expose à Nîmes, Dusseldorf, Barcelone, Luxembourg, Bruxelles, en 2000, au 9bis à Saint-Étienne, au domaine de Chamarande, au FRAC Limousin à Limoges, à Gand, Grenoble, Bruxelles / Créations musicales : Copyright Djs, le lieu unique, Nantes ; Immortal legends, that summer&rainier lericolais, Aborlon Music / Music for dreamachine, Optical Sound rec. belouin@ensba.fr ; Esprit III aspic project réf. 05 aspic rec. aspic@zone51.com

 

Musica Falsa Revue trimestrielle : Art, Musique et Philosophie